Empêchons la Déportatin de Lucy Granados, une organisatrice communautaire pour les droits des femmes sans-papiers!

lucydoitrester#LUCYDOITRESTER
#LETLUCYSTAY

LUCY FRANCINETH GRANADOS, UNE ORGANISATRICE COMMUNAUTAIRE POUR LES DROITS DES FEMMES SANS-PAPIERS, RISQUE LA DÉPORTATION – AIDEZ-NOUS À BLOQUER LES LIGNES TÉLÉPHONIQUES POUR ARRÊTER SA DÉPORTATION

https://www.facebook.com/events/209485126474388/

Notre amie, voisine et organisatrice communautaire dans le Collectif des Femmes Sans Statut et dans l’Association des Travailleurs et Travailleuses Temporaires (ATTAP), Lucy Francineth Granados, est la cible d’une déportation prévue. Nous avons besoin de l’aide de tous et toutes pour arrêter sa déportation, en bloquant les lignes téléphoniques pour Lucy ! Vous pouvez en apprendre plus sur son histoire ci-dessous. Comme la déportation de Lucy pourrait avoir lieu en tout moment, même demain, il est urgent que tout le monde agisse maintenant. Les ministères fédéraux ainsi que la Sécurité Publique du Canada ont le pouvoir d’arrêter sa déportation et de régulariser son statut, il faut donc qu’ils sachent que nous n’accepterons pas de perdre Lucy !

  1. Appelez ou écrivez au ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen (composez le 613-995-0777 <(613)%20995-0777>, le 613-954-1064 <(613)%20954-1064> et le 416-656-2526 <(416)%20656-2526> ou écrivez à Ahmed.Hussen@parl.gc.ca etmi nister@cic.gc.ca) et au ministre de la Sécurité Publique Ralph Goodale (composez le 613-947-1153 <(613)%20947-1153>, 306-585-2202 <(306)%20585-2202> et 613-991-2924 <(613)%20991-2924>, courriel ralph.goodale@parl.gc.ca andhon.ralph.goodale@canada.ca)Demandez-leur:
    – de stopper l’expulsion de Lucy Francineth Granados jusqu’à ce que sa demande de résidence permanente pour raisons humanitaires soit évaluée
    – de faire une enquête sur l’agent de l’ASFC qui a fait du chantage à Lucy et de porter des accusations contre cette personne en vertu de IRPA 127 (a) et/ou 129 (1) (a), le cas échéant
    – de faire une enquête indépendante sur la force excessive utilisée par les 4 agents de l’AFSC qui, le 20 mars, arrêtaient Lucy chez elle et la blessaient au bras
  1. Partagez dans vos réseaux et demandez directement à vos ami.e.s via courriel, appels et textos pour les encourager à bloquer les lignes téléphoniques avec nous ; leur contribution pourrait déterminer le succès du blocage !
  2. Partagez un post en solidarité avec Lucy sur vos médias sociaux en utilisant le hashtag #LucyDoitRester et en identifiant Valérie Plante (mairesse de Montréal), Ahmed Hussen (Ministre de l’Immigration) et Ralph Goodale (Ministre de la Sécurité Publique).
    Sur Twitter : @Val_Plante & @AhmedDHussen & @RalphGoodale Sur Facebook : @MTL.ValeriePlante & @AhmedHussenLib & @ralphgoodale
  1. Organisez votre propre action de solidarité ou médiatique dans votre ville ou quartier pour appuyer la campagne de Lucy, et envoyez nous et à vos médias locaux un rapport et des photos.

Pas une déportation de plus. Laissez Lucy rester!

L’HISTOIRE

Lucy est le seul soutien financier pour ses trois enfants qui vivent au Guatemala avec leur grand-mère et qui dépendent entièrement des revenus que leur mère envoie pour tous leurs besoins de base (nourriture, logement, frais d’éducation, etc.). Si Lucy était expulsée, ses enfants perdraient immédiatement leur seule ressource financière de subsistance.

Menacée par les Maras, Lucy a traversé le Mexique seule par le tristement fameux train La Bestia jusqu’aux États-Unis, puis jusqu’au Canada, son mari étant mort. Sa demande de statut de réfugié a été refusée, mais elle est restée au Canada, sans papiers, afin de pouvoir continuer à soutenir ses enfants. Elle a vécu à Montréal pendant 9 ans.

L’été dernier, Lucy a déposé une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires dans le but de régulariser son statut. En janvier, un agent de l’ASFC a appelé son avocate et l’a menacée de ne pas étudier son dossier à moins qu’elle ne se présente pour être déportée. Mais, la Loi canadienne sur l’immigration stipule que le ministre doit étudier toutes demandes humanitaires au Canada; cette déclaration de l’agent de l’AFSC était donc fausse et illégale (1). Ni Immigration Canada, ni l’ASFC n’ont répondu à la demande de son avocate d’obtenir des clarifications quant à sa situation.

Selon Immigration Canada le dossier de Lucy serait en cours d’évaluation et une réponse devrait être normalement attendue bientôt, si elle est autorisée à rester au Canada. A moins que le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale intervienne pour suspendre l’expulsion, que le ministre de l’Immigration Ahmed Hussen accélère le traitement de son dossier, ou que la Ville de Montréal prenne sérieusement ses responsabilités, Lucy sera probablement déportée avant même que son dossier ne soit évalué.

==============

MISE À JOUR 28 MARS: Malgré la détérioration rapide de sa santé physique et mentale durant le séjour de sa détention, où l’isolation continue à empirer la nuire occasionnée par l’ASFC, la Commission de l’immigration et du statut du réfugié du Canada a décidé de ne pas libérer Lucy lors de l’audience de révision de détention aujourd’hui. Aucune nouvelle date de déportation n’a été annoncé, mais sa déportation pourrait avoir lieu en tout moment, même demain.

De rester en détention, suspendue dans un état d’incertitude concernant sa déportation, ne va qu’empirer la santé de Lucy, qui se trouve déjà dans un état assez précaire. Elle demeure en détention depuis 8 jours en ce moment, depuis son arrestation le 20 mars. Le manque de sommeil, la peur, la confusion et les conditions de sa détention suivant sa violente arrestation sont les facteurs qui ont occasionné l’hospitalisation d’urgence du 26 mars. Le stress émotionnel que Lucy subi n’est qu’aggravé par l’isolation de son emprisonnement, empirant davantage une santé déjà vulnérable.

Les ministres fédéraux de l’Immigration et de la Sécurité Publique (Ahmed Hussen et Ralph Goodale) n’ont pas encore décidé d’intervenir bien que, quand même, ils ont le dossier dans leur possession et reçoivent des mises-à-jours constantes.

Une conférence de presse y aura lieu demain (jeudi, le 29 mars) à midi, à la Fédération des Femmes du Québec (469 Jean Talon O, métro Parc) pour donner plus d’infos relationnées à sa santé autant que pour dénoncer le traitement horrible qu’elle a subi.

On fait une appelle à ceux qui veulent donner leur soutien de venir à la conférence de presse, de continuer à contacter les bureaux de Hussen and Goodale, de contacter leurs MPs, d’organiser d’actions autonomes et de continuer à faire de la pression pour arrêter la déportation de Lucy.

PLUS D’INFO : https://bit.ly/2IR5OYt

==============

Solidarité sans frontières www.solidaritesansfrontieres.org
Solidarity Across Borders www.solidarityacrossborders.org
Solidaridad sin fronteras www.solidarityacrossborders.org/es
e-mail: solidaritesansfrontieres@gmail.com
facebook: www.facebook.com/CiteSansFrontieres
twitter: @SolidariteMTL <https://twitter.com/SolidariteMTL>
tél.: 438-933-7654

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *